En août, les allergies ne prennent pas de vacances. Entre les salades estivales et la tentation des tatouages éphémères à la plage, de nouvelles sources d’allergènes font leur apparition. Voici ce qu’il faut savoir pour profiter de l’été en toute sérénité.

L’allergie insoupçonnée aux légumes crus

Saviez-vous qu’il existait une allergie aux légumes crus ? Cette allergie méconnue touche principalement les adultes (84% des cas) et sa fréquence augmente avec l’âge. En cause : certains légumes de la famille des Apiacées comme la carotte, le céleri, le radis ou encore la laitue, stars des salades d’été.

Les symptômes se manifestent par des démangeaisons buccales, des difficultés respiratoires, de l’eczéma, voire un choc anaphylactique dans les cas les plus sévères. La bonne nouvelle, c’est que la cuisson détruit les allergènes. Ouf, pas besoin de bannir totalement carottes râpées et compagnie !

Les personnes allergiques aux pollens de bouleau seraient plus à risque de développer une allergie croisée aux légumes crus. Un phénomène à surveiller.

Tatouage de plage : attention au henné noir

L’été, c’est aussi la saison des tatouages éphémères au henné. Si le henné naturel est peu allergisant, méfiance avec le henné noir ! Ce dernier peut contenir du paraphénylènediamine (PPD), un allergène puissant interdit dans les produits cosmétiques en Europe.

Les réactions allergiques au henné noir se traduisent par d’intenses démangeaisons, parfois associées à de la fièvre et de l’eczéma. Dans certains cas, la peau peut garder des cicatrices. Pour limiter les risques, quelques réflexes s’imposent :

  • Privilégier un henné brun clair qui sèche en plus d’une heure. Evitez les hennés noirs à séchage rapide.
  • S’assurer que le tatouage disparaîtra en 2-3 semaines maximum. Au-delà, c’est suspect !
  • Bien se renseigner sur le tatoueur et les produits utilisés. En cas de doute, s’abstenir.

Avec ces précautions, vous pourrez arborer un joli tatouage sans risque de réaction cutanée.

L’ambroisie, le fléau allergique de fin d’été

L’ambroisie, cette mauvaise herbe envahissante, est responsable de fortes allergies en août-septembre, surtout dans la région Rhône-Alpes. Son pollen extrêmement allergisant provoque rhinites, conjonctivites, asthme…

La lutte contre l’ambroisie est l’affaire de tous. Il faut l’arracher dès qu’on la repère, avant sa floraison. Les personnes allergiques doivent démarrer leur traitement anti-allergie sans attendre l’apparition des symptômes et suivre l’évolution des taux de pollen (bulletins allergo-polliniques).

En cas de symptômes allergiques sévères, ne pas hésiter à consulter. Surtout, les personnes sensibles ne doivent surtout pas toucher cette plante, même non fleurie, car sa sève contient aussi des allergènes.

Autres allergènes d’août à surveiller

A cette période de l’année, d’autres allergènes saisonniers peuvent aussi entrer en scène :

  • Les pollens de graminées, très présents jusqu’à fin août
  • D’autres herbacées allergisantes comme les orties, le plantain…
  • Certains pollens d’arbres (cyprès, olivier, palmier…)
  • Les acariens et les moisissures qui prolifèrent avec la chaleur et l’humidité

Pour vivre le mois d’août sereinement malgré les allergies, une bonne stratégie préventive s’impose : bien suivre son traitement, adapter son alimentation, aérer, se laver en rentrant de l’extérieur… Et garder à portée de main un kit d’urgence avec ses médicaments de secours.

L’été est fait pour se détendre et s’amuser. En étant bien informé sur les allergènes du mois d’août et les bons réflexes à adopter, vous mettrez toutes les chances de votre côté pour profiter à fond de cette période estivale tant attendue. Bonnes vacances à tous !